MENU

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Promotion des langues régionales à l’Université de Poitiers

Pour la semaine des langues régionales les membres de l'association SDL-LSF ont aidé le club de poitevin-saintongeais et l'UFR de Lettres et langues à mettre en place un stand pour promouvoir les langues régionales les 8, 9 et 10 novembre 2022 dans le hall du bâtiment A3.

« On avait envie de créer un moment convivial auprès des étudiants pour promouvoir la diversité linguistique et culturelle de nos régions et faire savoir qu'il y avait de nouvelles unités d'enseignements autour des langues régionales qui allaient leur être proposées » (Marianne Vergez-Couret, maître de conférence)

Des cours en langues régionales pour participer à la vie de la région

« Ici, on est dans une région qui parle traditionnellement une langue qu'on appelle le parlanjhe, qui est une langue d'oil, et on a des voisins qui parlent une langue d'oc, l'occitan », explique Marie-Hélène Lay, professeure de linguistique en Sciences du langage. « L'Université de Poitiers participent à la vie de la région et développe des projets de formations. Au semestre 4, elle proposera à tous ses étudiants une unité d'enseignement dite "ouverte". Il s'agit d'une sensibilisation au patrimoine régional. Durant les trois années de la Licence, elle proposera aussi une unité d'enseignement dite de "langue" à partir du deuxième semestre de la première année de Licence, au même titre qu'une autre langue comme l'anglais, l'espagnol, le latin, etc. »

De gauche à droite, Marie-Hélène Lay aux côtés de Marianne Vergez-Couret, Lysiane Sari et Annie. - Crédit photo : Explore Poitiers. - Langues régionales
De gauche à droite, Marie-Hélène Lay aux côtés de Marianne Vergez-Couret, Lysiane Sari et Annie. - Crédit photo : Explore Poitiers.

Des locuteurs, des étudiants et des langues régionales

« Jusque dans les années 1920 - 1930 la langue maternelle était la langue régionale. La seconde guerre mondiale, l'école, mais surtout la télévision et la radio ont été de grands uniformisateurs », précise Marie-Hélène Lay. « Beaucoup des étudiants parlent eux-mêmes quelques mots de parlanjhe et d'occitan mais ils n'ont pas conscience qu'elles peuvent avoir une valeur académique. » Lysiane Sari, Annie Jeze, Philippe Dufour et Annie Salles sont de ceux qui font perdurer la pratique de la langue régionale. Ils sont des locuteurs et font partie du club des langues régionales, créé par Liliane Jagueneau, anciennement maître de conférence à l'Université de Poitiers. À l'exception d'Annie qui parle l'occitan, ils parlent tous le parlanjhe ou poitvin-saintongeais. « Il y a une scission entre les membres qui viennent de l'extérieur et les étudiants », déplore Marianne Vergez-Couret, maître de conférence. « C'était donc bien que les membres du club participent à ce stand pour se faire connaître. » Pour ce qui est des étudiants de l'association SDL-LSF, elle précise que « les étudiants savent parler aux étudiants. Ils nous ont conseillés pour l'emplacement du stand et ont fait de la promotion sur les réseaux sociaux ».

Focus sur Jakub et Mano

Jakub Polaszczyk est d'origine polonaise et travaille à l'UPCP-Métive sur la promotion et l'étude de la langue régionale, le parlanjhe. « On a un grand centre de ressources avec de nombreuses archives sonores sur la culture traditionnelle populaire poitevine. On travaille sur le développement d'un outil pour permettre aux gens d'apprendre le poitevin. On appelle ça la malette numérique pour le poitevin saintongeais. » Il s'agit d'un site web qui présente des entretiens filmés de locuteurs. « Dans ces entretiens, on leur demande comment ils ont connu la langue, où est-ce qu'ils pratiquent la langue et on échange autour d'une sélection de mots que les gens nous expliquent avec des anecdotes de vie dans l'optique de faire un dictionnaire vidéo. » Jakub explique qu'il y a aussi des films d'animations avec une mascotte, Mano. « Avec cette marionnette en bois qui apprend la langue comme les internautes. Les sujets sont variés. C'est tout ce qu'on peut trouver dans l'enseignement d'une langue étrangère : se présenter, dire les parties du corps, le temps qu'il fait... » Il précise qu'il s'agit de contenus pédagogiques que d'autres personnes peuvent reprendre. Le troisième chapitre de la malette numérique est un manuel interactif, où il y a d'autres personnages en bois qui portent des histoires dans une langue un peu plus localisée de manière à entendre des variantes de la langue régionale.

Le 17 novembre aura lieu une conférence qui traite de la question de la traduction en occitan en prenant l'exemple des Pokémon, en Faculté de Droit. Les Pokémon parleront en occitan. C'est l'occasion pour les étudiants de découvrir cette langue régionale de façon ludique. « Ces langues sont en situation précaire mais on fait tout à l'université pour essayer de les dynamiser. Des mouvements de revitalisation s'insère dans ce processus. Les langues régionales peuvent avoir des vertus dans le monde professionnel, notamment dans des secteurs comme le tourisme ou l'édition », conclut Jean-Christophe Dourdet, en charge d'enseigner le poitevin-saintongeais à la Faculté des Lettres et langues.

Retrouver notre podcast sur la promotion des langues régionales à l'Université de Poitiers. Nous remercions Marie-Hélène Lay, Marianne Vergez-Couret, Axel Damageux, Jakub Polaszczyk, , Annie Jeze, Annie Salles, Lysiane Sari et Philippe Dufour.

Facebook
LinkedIn
Twitter

Suivez-nous sur les réseaux sociaux